A LA UNECULTURE

Tout savoir sur: Angélique Kidjo, 5 ème Grammy Award cette année 2020 Lire sa biographie sur Orifice News

Angélique Kidjo reçoit un 5éme Grammy Award cette année 2020

La musicienne et compositrice béninoise, Angélique Kidjo a remporté le Grammy Award 2020 du meilleur album de musique du monde pour son album Celia.

” Il y a 4 ans sur cette scène, je vous disais que la nouvelle génération d’artistes venus d’Afrique prendrait le dessus. Et le moment est venu. Je le dédie à Burna Boy. Burna Boy fait partie de ces jeunes artistes venus d’Afrique qui changent la façon dont notre continent est perçu et la façon dont la musique africaine a été le fondement de chaque musique. (…) David Donatien est ici. Il m’a aidé à sortir cet album. Celia Cruz pour moi, c’est la déesse de la salsa, la reine de la salsa. Elle fait partie de ces artistes qui m’ont appris très jeune qu’une femme n’est pas réduite à son genre, que je peux faire tout ce que je veux.

Je remercie mon mari, ma fille Naima. Et s’il vous plaît, faites de la musique par amour. Aimez-vous pour pouvoir aimer les autres. Si vous ne vous aimez pas, vous ne pouvez aimer personne. Chaque être humain compte et nous devons ouvrir notre cœur pour comprendre ceci : nous devons parler, même si nous ne sommes pas d’accord. Si nous ne le faisons pas, nous perdons tout. Ceci (ce trophée), je vous le dédie à vous tous en Afrique. Mes fans, je vous aime tous.”

Que savoir sur sa biographie ?

Angélique Kidjo est née à Ouidah, au Bénin, en 1960. Son père est un Fon de Ouidah, receveur des Postes, et sa mère une Yorouba, directrice d’une troupe de théâtre et femme d’affaires avertie. Angélique Kidjo est septième de leurs dix enfants. Les enfants écoutent des vinyles, notamment ceux de Johnny Hallyday, Claude François et apprennent l’anglais à l’école. Dès l’âge de six ans, Angélique Kidjo intègre la troupe de théâtre de sa mère, ce qui fait naître en elle le goût pour les musiques et les danses traditionnelles. Elle commence à chanter au sein du groupe Les Sphinx et, adolescente, rencontre le succès grâce à son adaptation pour la radio nationale de la chanson de Miriam Makeba Les Trois Z. Elle enregistre ensuite l’album Pretty avec l’aide de son frère et du producteur camerounais Ekambi Brilliant. Cet album contient les chansons Ninive, Gbe Agossi et un hommage à Bella Bellow, une chanteuse togolaise qui fut l’une de ses sources d’inspiration. Le succès de cet album lui permit de faire une grande tournée en Afrique de l’Ouest. Les conflits politiques incessants au Bénin l’empêchent de poursuivre sa carrière de façon indépendante dans son propre pays.

En 1983, elle s’installe à Paris, où naît sa fille en 1993. Tout en travaillant pour payer ses frais de scolarité, Angélique Kidjo suit des cours de chant au Centre d’informations musicales (CIM), une école de jazz parisienne réputée. Elle y rencontre son futur mari Jean Hebrail, musicien et compositeur, avec qui elle écrit la majeure partie de sa musique. Elle est initiée à un nouveau rapport avec le français par l’écoute de Jacques Higelin, Serge Gainsbourg et Claude Nougaro. En 1985, elle réalise une formation aux ACP La Manufacture Chanson. D’abord choriste de groupes africains de Paris, elle devient en 1985 la chanteuse du groupe de jazz africain Pili Pili formé par le pianiste néerlandais Jasper van ‘t Hof. Elle collabore à trois albums de Pili Pili : Jakko (1987), Be In Two Minds (1988, produit par Marlon Klein) et Hôtel Babo (1990). Elle enregistre un album solo, Parakou, pour le label de Jazz Open.

Angélique Kidjo est alors découverte à Paris par Chris Blackwell, le fondateur jamaïcain d’Island Records, la maison de disques de Bob Marley et U2. Il la signe en 1991 sur son label Mango. Elle enregistre quatre albums chez Island, jusqu’au départ de Chris Blackwell. En 2000, elle signe un contrat à New York avec le label Columbia Records, pour lequel elle enregistre deux albums.

En 1996, elle chante au Concert du Prix Nobel de la Paix, qui rend hommage à Carlos Filipe Ximenes Belo et à José Ramos-Horta pour leur action au Timor oriental. En 1998, elle participe à la tournée Lilith Fair de Sarah McLachlan. En 2002, elle chante au Concert du Prix Nobel de la Paix en hommage au président américain Jimmy Carter. En , Angélique Kidjo interprète Voodoo Child (Slight Return) de Jimi Hendrix au Radio City Music Hall de New York aux côtés de la légende du Chicago Blues Buddy Guy et du guitariste Vernon Reid (de Living Colour) pour le film, produit par Martin Scorsese, Lightning In A Bottle: One Night In The History Of The Blues, un documentaire sur l’histoire du blues avec de nombreux artistes de rock, de rap et de blues.

En 1998, elle s’installe aux États-Unis, où elle est d’abord étonnée que son public soit essentiellement blanc, son mariage avec un Européen blanc (Jean Hébrail) étant mal admis par la communauté afro-américaine. Elle connaît ensuite un succès partagé couronné en 2007 par un Grammy Awards.

En , Angélique Kidjo chante au Cap, en Afrique du Sud, avec Peter Gabriel et Youssou N’Dour au grand concert pour la fondation de Nelson Mandela, 46664. En elle participe au concert « We Are The Future » produit par Quincy Jones à Rome devant 400 000 personnes. Le spectacle a lieu au cirque Maxime avec la participation d’Oprah Winfrey, Alicia Keys, Andrea Bocelli, Herbie Hancock, Angelina Jolie et d’autres stars internationales. En , elle chante devant 50 000 personnes lors du concert Africa Live de Dakar organisé par Youssou N’Dour pour lutter contre le paludisme avec la participation d’un grand nombre de stars africaines. En , elle participe au concert Live 8 présenté par Angelina Jolie et Peter Gabriel à Cornwall au Royaume-Uni. En 2007, elle fait une reprise de la chanson Happy Xmas (War Is Over) de John Lennon avec sa fille pour la compilation Instant Karma: The Amnesty International Campaign to Save Darfur.

Elle part en tournée en Amérique du Nord en 2007, avec Josh Groban. Le , Kidjo a chanté au South African leg pour Live Earth. Annie Lennox s’est jointe à Angélique Kidjo et à vingt-deux autres chanteuses sur la chanson SING pour la lutte contre la transmission du VIH de la mère au nouveau-né en Afrique.

Angélique Kidjo a chanté au 75e anniversaire de Quincy Jones lors du Festival de Jazz de Montreux en . Elle a fait son premier concert au célèbre Carnegie Hall de New York le et a joué au Royal Albert Hall de Londres pour la première fois le aux côtés de Hugh Masekela pour les African Stars, concert au profit de l’association Voluntary Service Overseas. Angélique Kidjo est l’un des interprètes de la vidéo Price of Silence produite par Amnesty International à l’occasion du soixantième anniversaire de la Déclaration universelle des droits de l’homme.

À la suite de son engagement pour la campagne de Barack Obama, elle participe le à l’African Diaspora Inaugural Ball, un des bals organisés à Washington lors de l’investiture présidentielle.

Elle participe le au concert de lancement de la Coupe du monde de football en Afrique du Sud aux côtés de Shakira, Alicia Keys, John Legend et Black Eyed Peas

Depuis le , elle est l’un des membres du jury de l’émission L’Afrique a un incroyable talent.

Elle interprète le Blewu, à l’occasion de la commémoration internationale des 100 ans de l’armistice de 1918 qui se tient à Paris. Cette chanson de la togolaise Bella Bellow est un hommage aux troupes coloniales et aux tirailleurs sénégalais.

Tags
Afficher plus

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer