A LA UNE

Info: La politique au Burundi a été toujours personnelle, dixit Buyoya

Lorsque Nkurunziza a décidé de briguer un troisième mandat contre l’esprit et la lettre des accords d’Arusha, Buyoya a timidement fait très peu de bruit.

En tant que personne qui a négocié les accords d’Arusha, et il faut le reconnaître au grand risque personnel et contre la volonté de la plupart de ses collègues de l’armée, il était bien placé pour présenter des arguments convaincants et appeler les garants desdits accords à la tâche afin d’empêcher sa déconstruction complète par le régime de Nkurunziza.

Lorsque le régime de Nkurunziza a décidé de forcer une nouvelle constitution par le biais d’un référendum pseudo populaire, très peu de résistance est venue de Buyoya et de ses anciens collègues, dont certains sont des architectes clés des accords d’Arusha.

Depuis 2018, après le référendum constitutionnel, l’accord d’Arusha ne vaut plus le prix de papiers sur lesquels il est écrit. Le régime de Gitega ne l’utilise que lorsqu’il veut atteindre ses objectifs, comme lorsqu’il a déployé la clause de quota ethnique pour forcer les ONG internationales à licencier des tutsi et à recruter des hutus pour “se conformer aux accords d’Arusha.”

Cette clause, comme on le sait, ne devait s’appliquer qu’aux postes politiques et aux hauts niveaux de l’administration. Son interprétation et son application erronées ont permis au régime de Nkurunziza d’instituer des mesures très populistes pour montrer à ses partisans hutus qu’il se soucie des inégalités ethniques de longue date.

Bien que cette clause de quota ethnique soit appliquée religieusement partout où le régime le souhaite, il est bien connu qu’elle n’est plus respectée dans les domaines où elle était censée être appliquée religieusement: dans les services de sécurité comme l’armée, la police et les services de renseignements.

Aujourd’hui, les services secrets sont presque exclusivement dirigés par des hutus comme le montre une enquête de l’APRODH . Aucun mécanisme de vérification indépendant n’existe pour forcer le respect de la clause. Il est donc appliqué aux caprices du parti au pouvoir.
La nouvelle constitution a pratiquement aboli tout l’accord ou comme disent certains experts au mieux l’a rendu si inutile qu’il ne vaut plus rien.

Avec tous ces mouvements agressifs significatifs contre ce qui avait été un accord imparfait mais important, qui avait rétabli le calme dans le pays, Buyoya et son équipe de connaisseurs d’Arusha ne se sont pas vigoureusement opposés à sa torpille.

Maintenant qu’ils sont personnellement attaqués, ils défendent ces accords

La lettre et le mémorandum envoyés par l’ancien président Buyoya au président ougandais et actuel médiateur de la crise burundaise sont, comme on peut s’y attendre, de l’architecte en chef desdits accords, sur fond et sur forme très bien structurés et très bien motivés.

Cependant, cette lettre et ce mémorandum ne portent que sur un seul point: les poursuites judiciaires à l’encontre des accusés d’être impliqués directement ou indirectement dans l’assassinat de son Excellence Melchior Ndadaye, premier président démocratiquement élu du Burundi.

De toutes les objections à soulever, cette affaire juridique est la seule qui semble réveiller les personnes qui étaient censées crier au sommet de leurs maisons lorsque Nkurunziza entreprenait des mesures agressives pour torpiller les accords d’Arusha.

Au-delà de quelques interviews télévisées et radiophoniques, il se pourrait bien que l’ancien président Buyoya et ses hommes se soient exprimés, mais pour autant que l’on sache, il n’y a pas de documents aussi bien écrits que celui que l’ancien président Buyoya vient d’envoyer au président Museveni pour la défense desdits accords.

Sans parler de l’hypocrisie d’un homme qui était un expert en instrumentalisation du système judiciaire contre ses opposants politiques quand il était président, se plaignant aujourd’hui que la justice est désormais instrumentalisée contre lui et ses amis; sa lettre vigoureuse montre ce que la plupart des observateurs des questions politiques burundaises ont toujours su: la politique au burundi est toujours personnelle.

Cependant, les points que fait l’ex président dans sa lettre sont pertinent. Le cas de l’assassinat du président Ndadaye montre clairement la mauvaise foi sinon le mauvaise intention du régime de Nkurunziza. Il choisit de déployer la machine judiciaire d’un maniere selective et contre les accords d’arusha qui prévoient un mécanisme pour ces crimes odieux commis au Burundi pendant de longues années de troubles sectaires.

Il est donc clair que la politique au Burundi sert les intérêts et priorités politiques de l’élite dirigeante au détriment de millions de burundais qui, près de 60 ans après l’indépendance, continuent de stagner dans la pauvreté, la maladie et la faim.

Cette approche personnelle de la politique a atteint son point culminant avec le régime actuel, qui, face à plus de 70% de la population qui vit dans l’extrême pauvreté, plus de 50% d’enfants qui souffrent de malnutrition, près de 9 millions de cas de paludisme reste obstinément contre la déclaration d’une épidémie afin de déclencher des mécanismes qui débloqueraient automatiquement l’aide pour secourir les enfants affamés, les mères faibles et malades et les personnes âgées vulnérables.

Ainsi, les puissants continuent de se défendre tandis que les masses continuent de sombrer dans le désespoir.

Tags
Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer