Irak/ Grève générale : Des milliers d’Irakiens poursuivent leur mouvement pour réclamer le départ du gouvernement

Débutées le 1er octobre, les protestations se sont poursuivies dimanche avec de nombreuses manifestations à travers le pays. Le mouvement de contestation a fait au moins 330 morts et près de 15 000 blessés, en majorité des manifestants.

Des milliers d’Irakiens ont envahi dimanche 17 novembre les rues du pays, répondant à un appel à la grève générale en soutien aux protestataires qui réclament un changement de régime depuis plusieurs semaines. Ce mouvement de contestation inédit a débuté le 1er octobre et a été émaillé de violences qui ont fait au moins 330 morts et près de 15 000 blessés, en majorité des manifestants, « une tragédie absolue », a déclaré dimanche le responsable de la mission de l’Organisation du traité de l’Atlantique Nord (OTAN) en Irak, le général canadien Dany Fortin, qui termine son mandat d’un an.

A Bagdad, les manifestants ont élargi leur sit-in de la place Tahrir au pont Al-Ahrar, plus au nord. Avec les ponts Al-Joumhouriyah et Senek, les manifestants occupent des sections de trois ponts de la capitale. Les protestataires ont été confrontés à des tirs nourris et des tirs de lacrymogènes en avançant vers le pont Al-Ahrar, ont rapporté des témoins. Un manifestant a été tué après avoir été blessé par une grenade lacrymogène et quarante autres ont été blessés, selon une source médicale.

Une autre personne a été blessée tard dimanche par le tir d’une roquette dans une rue commerçante sur la rive orientale du Tigre, à Bagdad, ont fait savoir les services de sécurité dans un communiqué.

« Nous continuerons »
Depuis plus de trois semaines, des manifestants sont rassemblés place Tahrir, à Bagdad, réclamant le départ de la classe politique jugée corrompue et incompétente. Ils ont également campé sur quatre ponts sur le Tigre, reliant l’est de Bagdad à l’ouest, où se trouve la zone verte abritant des bâtiments gouvernementaux et des ambassades étrangères. Mais il y a deux semaines, les forces de sécurité ont chassé les manifestants de trois de ces ponts et des secteurs avoisinants, les obligeant à se replier sur Tahrir et le pont Al-Joumhouriya. Des centaines d’étudiants ont rejoint la place Tahrir, épicentre de la contestation.
« Pas de politiciens, pas de partis, ceci est un éveil étudiant ! », avait écrit l’un d’eux sur une pancarte.
« Nous continuerons notre mouvement et la grève générale avec tous les Irakiens jusqu’à ce que nous poussions le gouvernement à la démission », a déclaré dimanche à Bassora Hassan Al-Tufan, avocat et militant. Dans cette ville pétrolière, les manifestants ont coupé des routes en brûlant des pneus et bloquaient lundi le grand port d’Oumm Kasr, réduisant de moitié ses capacités, selon deux sources citées par Reuters.

Articles similaires

BENIN/ EDUCATION : LES ETUDES UNIVERSITAIRES DÉSORMAIS POSSIBLES SANS L’OBTENTION DU BAC Il est désormais possible de poursuivre ses études universitaires sans le baccalauréat. C’est à travers un communiqué publié le 1er avril que le recte...
Bénin/ Education : Examen national, les épreuves théoriques du CAP lancées Le ministre de l’enseignement secondaire et de la formation professionnelle, Mahougnon Cakpo a lancé ce lundi 13 mai 2019, dans la commune de Parakou,...
Bénin/ Politique : L’He Yibatou Sanni Glele désormais libre de ses mouvements Gardé à vue au commissariat de Ouando à Porto-Novo ce mardi 23 avril 2019,  la député du PRD Yibatou Sanni Glele retrouve enfin sa famille. La dépu...
Bénin/ Politique : Les grandes décisions du conseil des ministres du mercredi 08 mai 2019 Le conseil des ministres a tenu sa réunion hebdomadaire ce mercredi 08 mai 2019. A l’issu de cette réunion présidée par le président de la république ...
Bénin/Education : Liste des bacheliers boursiers sélectionnés dans les écoles et instituts publics, pour le compte 2019-2020 La Direction Générale de l’Enseignement Supérieur a rendu publique, la liste des bacheliers boursiers sélectionnés dans les écoles et instituts public...