Afrique/ Dossier : A 95 ans, Robert Mugabe est mort

L’ancien président du Zimbabwe est décédé le 6 septembre 2019. “Un héros du combat pour l’indépendance de l’Afrique, dont le long règne s’est achevé par la tyrannie, la corruption et l’incompétence”La mort de Mugabe marque la fin d’une époque dans l’histoire de l’ancienne colonie britannique.

Orifice News vous propose de lire ce dossier.

Robert Mugabe devient un des leaders de la guérilla contre le régime d’Ian Smith après le combat pour l’indépendance en Afrique. Il suit les cours des missionnaires catholiques depuis son enfance et devient enseignant au Ghana, puis en 1960, il rentre en Rhodésie, l’ancien nom du Zimbabwe, pour y combattre le pouvoir de la minorité blanche, tout aussi raciste que chez son voisin sud-africain. Robert Mugabe enfermé pendant 10 ans, s’enfuit et rejoint le Mozambique.

Il accède au pouvoir par les urnes et remporte la première élection multiraciale du pays en 1980. Homme politique brillant, il incarne alors l’Afrique indépendante. Populaire jusqu’en Occident, il réussit à inclure la minorité blanche dans son gouvernement. Le pays s’enrichit durant une décennie de croissance. L’éducation progresse et donc la méthode Mugabe devient un modèle pour l’Afrique.

Sept années plus tard, premier virage autoritaire. Il devient le premier président exécutif du pays, à la tête d’un régime de quasi parti unique. L’opinion internationale est aveugle devant les abus et les attaques sur les droits de l’Homme. Il massacre les dissidents comme dans le Matabeleland dans les années 80. Au moins 20 000 morts pour écraser l’opposition de son rival Joshua Nkomo.

En 2000, sa réforme agraire tourne au désastre. 4000 fermiers blancs quittent le pays, dans la violence. Et la redistribution des terres profite surtout aux amis politiques de Mugabe, qui ne sont pas des agriculteurs. Sans formation ni connaissance agricoles, ni capital pour investir, les rendements s’écroulent. Ancien grenier à blé de l’Afrique, le Zimbabwe traverse une période de famine. Le Zimbabwe doit alors compter sur l’aide alimentaire étrangère pour survivre. Une catastrophe économique dont le pays ne se remet toujours pas, 20 ans après.

Les élections sont truquées et provoquent un déchaînement de violence. En 2008, les heurts entraînent la mort de plus de 200 personnes, mais le rival de Mugabe, Morgan Tsvangirai, est écarté.

Jusqu’en novembre 2017, où il est contraint de quitter le pouvoir, Mugabe devient alors une caricature d’autocrate. “Sa contribution à l’histoire de la nation et du continent ne s’effacera jamais”, écrit aujourd’hui le président Mnangagwa sur les réseaux sociaux.

Florentin TONAVOH

Articles similaires

Bénin/Diplomatie : Le Président de la République de l’Inde, Ram Nath KOVIND, en visite au Bénin du 28 au 30 juillet 2019 Le Président de la République de l’Inde, Son Excellence Monsieur Ram Nath KOVIND, effectuera une visite officielle au Bénin du 28 au 30 juillet 2019. ...
Bénin/ Politique: La rencontre prévue entre Yayi et Talon ce 20 novembre 2019 n’a pas eu lieu Boni Yayi est arrivé ce mercredi au Bénin accompagné d'une importante délégation de la Communauté économique des États de l'Afrique de l'Ouest. La dél...
Bénin/ Politique : Bilan des actes de vandalisme au conseil des ministres Le ministre de l’intérieur et de la sécurité publique a fait le compte rendu des incidents enregistrés lors du scrutin législatif au conseil des minis...
Afrique du Sud : De nouvelles compétences des étrangers Le calme est revenu en Afrique du Sud, après les violences xénophobes qui ont éclaté en début de semaine et ont fait au moins dix morts. Selon une é...
Conseil des ministres du mercredi 03 juillet 2019 Le conseil des ministres a eu lieu le mercredi 03 juillet 2019 en présence du président de la république. Voici le compte rend...
Facebook pense à limiter la diffusion en direct d’images terroristes Le réseau social Facebook annonce en même temps « l’appel des restrictions de la fonctionnalité « Facebook Live » pour les personnes ayant enfreint de...