CULTUREJEUNESSESOCIETE

Mariage et concubinage : où est le meilleur ?

Lorsque l’on décide de s’installer en couple, hors des cadres légaux que représentent le Pacs et le mariage, difficile de connaître le droit applicable à cette union de fait. Longtemps ignoré par le droit, le concubinage est pourtant aujourd’hui reconnu et entraîne des conséquences juridiques, même s’il ne reste que peu encadré.

Une union libre, le concubinage est une union de fait, définie à l’article 515-8 du Code civil : elle suppose, selon la loi, une vie commune stable et continue entre deux personnes vivant en couple, qu’elles soient de sexe différent ou de même sexe. Aucune condition de durée n’est donc imposée, ni aucune formalité, contrairement au mariage et au Pacs. Il suffit de vivre maritalement.

C’est d’ailleurs le choix de la majorité des couples de nos jours. Pour Iris Ahoga, étudiant à l’Isma Bénin, «  mettre la bague de mariage au doit n’est pas une mode mais un acte de responsabilité. Il ne faut jamais se presser mais prendre tout son temps » pour Iris, « le plus important est de doter la femme auprès de la belle famille, on peut faire le mariage au soir de sa vie ».

La preuve du concubinage peut être rapportée par tout moyen : si les mairies acceptent de rédiger des certificats de vie commune, les concubins peuvent également prouver leur union grâce à des témoignages ou encore rédiger une attestation sur l’honneur.

Contrairement au Pacs et au mariage, le concubinage se caractérise par une totale liberté des concubins l’un envers l’autre : ils n’ont aucun devoir ni obligation spécifique l’un envers l’autre.

Ainsi, aucun devoir de fidélité n’est imposé entre les concubins, aucun devoir d’assistance et de secours ni aucune obligation de contribuer aux charges de la vie commune (c’est-à-dire aux dépenses du couple au quotidien) : les concubins s’organisent comme ils le souhaitent et si l’un d’eux prend en charge l’ensemble des dépenses, il ne pourra pas exiger de l’autre le remboursement d’une partie d’entre elles. Pour ces raisons, Paterne Vigan affirme «  refuser de faire le mariage, c’est se caché ses faiblesses »

Le mariage est une union conjugale contractuelle et/ou rituelle, à durée illimitée, déterminée ou indéterminée, reconnue et encadrée par une institution juridique ou religieuse qui en détermine les modalités.

«Les Hommes fuient souvent les dépenses du mariage, mais on peut faire un mariage avec 4 à 5 invités pour ne pas faire face aux énormes dépenses, il faut se marier dans les meilleurs conditions selon sa capacité » affirme Rosaline Semanko, une étudiante de l’Isma. De façon analogue, pour Andréa Ahollode « il faut se marier dans tous les cas »    C’est l’un des cadres établissant les structures familiales d’une société.

Florentin TONAVOH

 

Tags
Afficher plus

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer